Lors d’un précédent article de blog, nous vous avions dévoilé les premiers résultats de l’étude que nous avons menée en avril dernier auprès de plus de 4 500 personnes en Europe sur leur consommation des services de VOD et leur attitude envers la publicité. Cet article mettait en lumière le pouvoir caché de l’AVOD, et notamment le fait qu’un Français sur deux est prêt à regarder des publicités pour accéder à plus de contenu vidéo. Cela représente ainsi un avantage incontestable pour toute marque qui souhaiterait toucher l’audience utilisant ce canal.

AVOD reponse

Nous revenons aujourd’hui pour vous faire part de la suite des données que notre rapport a mis en avant. Pour rappel, vous pouvez accéder à l’ensemble des résultats de notre étude en la téléchargeant ici.

Combien les Français dépensent-ils par mois pour l’ensemble de leurs services VOD ? Devant la prolifération de ces offres, ont-ils l’impression de ne pas pouvoir regarder tous les contenus qu’ils souhaiteraient à cause de restrictions budgétaires ? Comment les marques peuvent-elles capter l’attention de l’utilisateur final en s’associant à du contenu premium et gratuit ? L’étude de Rakuten Advertising sur l’AVOD a ainsi révélé deux points importants : la recrudescence des offres de VOD empêche les consommateurs d’accéder à l’ensemble des contenus qu’ils aimeraient regarder et le prix pour accéder à ces services devient une barrière à l’entrée pour certains d’entre eux.

L’AVOD comme réponse à la saturation des offres de VOD payantes pour les consommateurs et les marques

L’étude nous apprend que les Français dépensent entre 10 et 14€ par mois pour l’ensemble de leurs services de VOD, mais aussi que 33% d’entre eux partagent leurs abonnements avec une autre personne afin de limiter les coûts tout en conservant leur accès à toujours plus de contenus. La multiplication des offres de VOD payantes et le prix pour accéder à ces plateformes forcent ainsi les consommateurs à se limiter, quitte à résilier un service pour un autre afin de conserver une dépense stable. En effet, 42% des Français assurent qu’ils n’augmenteront pas leur budget pour avoir accès à plus de services. D’autre part, le prix trop élevé (28%) et le manque de contenu disponible (25%) constituent les principales raisons pour mettre fin à un abonnement.

Aujourd’hui, seulement 30% des consommateurs interviewés ont connaissance des offres AVOD disponibles en France ; ce qui est presque moitié moins qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni. L’intérêt pour l’AVOD est néanmoins considérable car elle offre une solution alternative aux consommateurs pour accéder gratuitement à plus de contenus légaux de qualité. Le confinement a permis à de nombreux Français de découvrir les divers services d’AVOD existants pour avoir accès à un contenu plus varié en préservant leur pouvoir d’achat : notre étude dévoile que 63% d’entre eux pensent que leur utilisation de l’AVOD restera identique après le confinement, et 6.5% pensent même qu’elle va augmenter.

Mais l’AVOD représente aussi un avantage non négligeable pour les marques. En effet, elles peuvent atteindre cette audience bien souvent « verrouillée » dans un univers de VOD payant, tout en permettant l’accès à un contenu pertinent, de qualité et gratuit. La crise sanitaire et économique actuelle affectant toute la population, les annonceurs n’ont pas d’autre choix que de s’adapter, publicitairement parlant, à ce contexte inédit, et de trouver de nouveaux moyens de faire passer le bon message à leurs audiences.

Pour Edouard Lauwick, SVP Europe du Sud chez Rakuten Advertising : « Après la crise sanitaire, le marché publicitaire doit se poser les bonnes questions pour adapter sa nouvelle stratégie et capter l’attention de l’utilisateur de manière consentie et équilibrée. Aujourd’hui, les marques peuvent faire partie d’un nouveau modèle de VOD qui répond aux attentes des consommateurs et rétablit l’échange de valeurs pour rendre un contenu accessible gratuitement. Cette relation plus vertueuse changera la perception de la publicité qui a pleinement son rôle a joué pour financer des contenus originaux et de qualité. »

L’AVOD comme réponse au FoMO

Le FoMO, Fear of Missing Out soit la peur de manquer quelque chose, s’applique particulièrement bien au monde du contenu, que ce soit films, séries ou documentaires. Il traduit la peur de passer à coté d’une conversation ou d’un contenu dont tout le monde parle. Ces programmes sont susceptibles de ne pas être disponibles dans le pays ou sur un service de VOD en particulier par exemple. Selon notre étude, 63% des Français pensent qu’ils ratent des contenus qu’ils aimeraient regarder, en particulier le sport (17%), des documentaires (19%) et de l’action (16%).

Ce phénomène de FoMO est également l’une des raisons du streaming illégal. Selon l’étude de Muso, ce dernier aurait augmenté de 41% pendant le confinement en France. Pour 38% des sondés, il y aurait peu de chance qu’ils continuent à streamer illégalement du contenu si celui-ci était disponible gratuitement sur une plateforme légale.

Ainsi, l’AVOD est une alternative au paysage audiovisuel existant, entre replay, TVOD et SVOD. Elle permet aux consommateurs d’avoir le choix : regarder plus de contenus gratuits de qualité avec de la publicité, payer un service pour ne pas avoir de la publicité ou bien voir un contenu en direct ou en différé sur leur smart TV ou leur smartphone. Pour les marques, l’AVOD est un nouveau canal de communication, permettant d’atteindre les audiences de la TV traditionnelle mais plus attirées par du contenu à la demande, premium et gratuit.